Isolant mince: est-ce efficace ?

L’isolant mince représente-t-il une alternative efficace à un isolant classique ? Quelle est sont efficacité en termes de performances thermiques ? Voici tout ce qu’il faut savoir sur les isolants minces.

isolant minceDepuis le début des années 80, l’isolant mince semble avoir le vent en poupe. Séduits par son coût très bas, les français s’intéressent de plus en plus à cette alternative aux isolants traditionnels. Mais les performances thermiques des isolants minces valent-elles vraiment celles des isolants classiques ?

Un isolant mince, qu’est-ce que c’est ?

L’isolant mince, également connu sous le nom d’isolant thermo-réflecteur ou encore isolant multicouche, est un matériau assez fin ( aux alentours de 1,5 cm d’épaisseur) composé de plusieurs couches d’isolants. Ces isolants sont collés les uns sur les autres et sont pris « en sandwich » entre 2 films d’aluminium. Un isolant mince peut être constitué de toutes sortes de matériaux isolants ( laines minérales, feutres d’originale végétale, mousses synthétiques, etc…). On l’utilise de plus en plus souvent rénovation pour sa facilité d’installation, généralement comme sous-couche isolante en complément d’un isolant traditionnel. Les films d’aluminium formant la couche extérieure de l’isolant mince sont réfléchissants et empêchent ainsi toute intrusion de chaleur par rayonnement.

Les différents types d’isolant mince

Il existe une véritable multitude d’isolants minces. On trouve des isolants multicouches, des isolants minces multicouches réfléchissants (IMMR), des isolants thermo-réfléchissants, des isolants thermo-réflectifs, des produits minces réfléchissants opaques (PMR) ou même des films minces réfléchissants… Et nombreux sont ceux qui aujourd’hui vantent les mérites de ces isolants « nouvelle génération », aux « performances incontestables », etc… Touts ces superlatifs sont-ils vraiment justifiés ?

Vous souhaitez obtenir des devis pour vos travaux d'isolation ?

Recevez gratuitement des devis de nos professionnels partenaires en moins de 24h

Tous nos professionnels sont certifiés RGE et Qualibat

Performances thermiques d’un isolant mince

L’isolant mince possède d’excellentes propriétés qui lui permettent de s’opposer aux flux de chaleur par rayonnement. En matière de convection, ses caractéristiques sont similaires à celles d’une couverture de survie ( étanchéité à l’air). C’est sur le plan de la conduction que le bât blesse, l’aluminium étant en effet connu pour être un excellent conducteur thermique. L’isolant mince doit donc être utilisé en complément d’un isolant traditionnel et ne doit pas être utilisé comme seul matériau isolant.

Isolant mince et RT 2012

Si de nombreux fabricants d’isolants « classiques » mettent souvent en avant les résultats de l’étude réalisée en 2007 ( en laboratoire) par le CSTB sur les isolants minces pour dénigrer leurs performances thermiques ( étude qui concluait qu’un isolant mince de 2 cm avait la même résistance thermique qu’une isolant classique de 6cm, et que ses performances thermiques n’étaient donc pas suffisantes au regard des exigences thermiques actuelles), il convient également de préciser qu’une étude du même type a été menée en Angleterre par l’organisme BM TRADA Certification. Cet organisme britannique, dont les avis techniques sont pourtant reconnus en France, concluait au terme de cette étude réalisée en situation réelle ( et non pas en laboratoire) qu’un isolant mince de 3,5 cm avait la même résistance thermique que 20 cm de laine de verre, et que l’isolant mince était donc conforme à la RT 2012.

Quand utiliser un isolant mince ?

isolant mince performancesOn utilise généralement les isolants minces pour l’isolation des combles ( qu’il s’agisse d’une isolation du plancher des combles ou d’une isolation sous toiture), l’isolation de toiture par l’extérieur ainsi que pour l’isolation des murs. L’isolant mince doit donc être utilisé en complément d’un isolant traditionnel. Seul, ses performances thermiques ne permettent pas d’obtenir une isolation thermique suffisamment performante. Cependant, lorsqu’il est couplé avec un isolant classique, il permet de réduire l’épaisseur de ce dernier.

Par exemple, associer un isolant mince à de la laine de roche permet de réduire d’une dizaine de centimètres l’épaisseur de la laine. Vous comprendrez donc tout l’intérêt que peut avoir un isolant mince sur la surface habitable d’une maison lorsque l’on veut réaliser une isolation de combles aménagés ou une isolation des murs par l’intérieur. Le gain en volume intérieur est conséquent.

L’isolant mince ne doit jamais entrer en contact direct avec l’isolant ni avec aucun autre matériau solide. Il faut donc toujours laisser une lame d’air étanche de chaque côté lors de la pose.

Avantages de l’isolant mince

L’isolant mince présente l’avantage d’être à la fois peu coûteux, léger, peu épais tout en étant très simple à manier et à installer. De plus, il ne contient aucun matériau cancérigène et est donc très sain, contrairement à certains isolants qui peuvent émettre des vapeurs toxiques. Méfiez vous donc de tous ces « experts » qui pullulent sur la toile et qui crient au scandale, dans une logique purement mercantile, dès lors que l’on évoque les isolants minces… Si les français ainsi que bon nombre de professionnels certifiés du secteur de la rénovation ont de plus en plus recours l’utilisant d’isolant mince pour leurs travaux, ce n’est pas sans raison…

Questions fréquentes sur les isolants minces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Evaluation: 4.6. De 113 avis.
Chargement...
Vous avez un projet ? Des questions ?
Nos conseillers vous rappellent gratuitement pour répondre à toutes les questions relatives à votre projet.
  • Estimation du prix des travaux
  • Montant de vos aides financières possibles
  • Accompagnement pour l’obtention des aides
  • Devis et bilan thermique à domicile gratuits
Laissez nous vos coordonnées ou contactez nous au 01 64 88 36 23
*Vos coordonnées sont privées. Nous ne les partageons pas avec des services tiers.